J’ai toujours aimé les plantes. Les fleurs, les potagers, tout ce qui a de la terre et des feuilles.

Malheureusement pendant longtemps j’avais l’impression que cet amour n’était pas réciproque. Je ne les gardais que deux ou trois semaines maximum. 

Un jour j’ai acheté une superbe plante grasse. Vous savez les fameuses « succulentes » qui ne nécessitent « pratiquement aucun arrosage ». Enfin « pratiquement » quand on a pas la main verte ça n’a aucun sens. Une fois par semaine? par mois?  par an? je ne savais pas vraiment.. Chez Truffaut, elle m’avait couté  15 euros, je me souviens m’être dit que le prix allait me motiver à la chouchouter. Seulement voilà, la motivation ne suffirait pas. Cette consigne que l’on m’avait répété: « Pratiquement pas d’arrosage » s’était traduit chez moi par  » toutes les semaines,  parfois tous les 3 jours » et puis finalement  « à chaque fois que je passais devant la plante ». Aïe

Un matin elle a craqué.

Craqué. Je ne veux pas dire qu’elle a pris son petit pot en claquant la porte derrière elle en disant qu’elle en avait marre. Non. Bien que j’aurais trouvé ça légitime. Non, elle a littéralement craqué. Ses belles pétales avaient éclaté à cause du trop plein d’eau. J’en rigole aujourd’hui ( et vous pouvez aussi haha), mais sur le moment un immense désarroi s’était emparé de mon âme de jardinière. Le craquage était contagieux. Je décidais alors d’arrêter avec les plantes. Qui étais-je  pour ôter la vie à ces être vivants? L’amour ne nous donne pas tous les droits. Je laissais donc cette tâche à ceux qui avaient « la main verte ».

Et puis vint le jour où, en lisant un article sur la persévérance, je me suis rendu compte que je commettais une erreur d’interprétation avec cette histoire de plante.  Je n’avais pas respecté les consignes qu’on m’avait donné. La conséquence était inévitable.

C’est à cet instant que tout à changé. J’ai opéré un changement radical.

Bien sur, je ne suis pas encore au top, mais je suis très heureuse. Et si vous aussi vous tuez les plantes, je vais partager avec vous 5 conseils. Il s’agit de 5 choses qui peuvent paraître évidentes pour les personnes qui ont l’habitude de s’occuper de plantes, mais qui ne le sont pas pour les gens comme nous.

1/ Cesser de croire qu’on est serial-killer de plantes à vie

Vous l’aurez compris, c’est la base. Le début du changement c’est de se dire que si on suit quelques conseils et que l’on s’adapte à la plante, et pas l’inverse, tout devrais bien se passer. C’est dans la tête que tout commence (comme dans bien des domaines d’ailleurs).

2/ S’adapter à la plante et respecter son environnement

Cela peut sembler  évident mais personnellement je me posais pas trop ce genre de questions, je ne lisais même pas l’étiquette et je me contentais de poser le joli pot dans le salon, à une place où je pensais qu’elle serait bien. Mais on ne peut pas faire ça. Ces petites choses sont vivantes. Il faut respecter leur environnement. Par exemple chez Ikea les étiquettes sont super claires et c’est pour cette raison que j’ai commencé avec cette enseigne. Ils mettent des petits icônes qui expliquent si la plante est d’intérieure ou extérieure. Si elle a besoin de beaucoup d’arrosage ou pas, de l’éclairage etc.

Intérieur / Extérieur c’est très important

Soleil, plein soleil, température ambiante, ombragé etc également

3/ Commencer petit pour aller vers plus grand

J’ai commencé avec une petite plante ikea, qui n’avait presque pas besoin d’arrosage, mais assez pour me donner l’impression d’etre active haha. Elle est vraiment robuste, ce qui m’a permis d’apprendre avec elle. Il s’agit de celle ci, elle se nomme « Clusia » elle coute 5euros. C’est une plante d’intérieur. La voici à gauche sur la photo qui suit:

Ma plante Ikea à Droite, dans un pot « I m a survivor » de chez H et M Home

Ensuite j’ai  acheté des toutes petites plantes grasses, chez Ikea aussi. . Et une fois que j’ai vu qu’elles résistaient au bout d’un mois je me suis lancée vers une grande: ce palmier d’intérieur de chez Ikea également :

Mon panier d’intérieur que j’ai mis dans un panier tressé de chez Ikea ( penser à poser une coupelle ou assiette entre le pot et le panier pour éviter que le panier prenne l’eau)

4/ Rester à l’ « écoute » de vos plantes

Oui parce que pour moi avant si je voyais un petit bout de feuille jaunir je me disais « ça y est elle est morte » ce qui est plutôt…extrême comme réaction je vous l’accorde haha. Du coup, pour moi c’était le début de la fin et je m’en occupais plus

Mais j’ai compris en me renseignant sur internet qu’une feuille jaunie ça peut vouloir dire que la plante a trop d’eau, ou pas assez. Ou que l’éclairage est insuffisant. Et que si l’on  change certains paramètres, tout s’arrange. En fait une plante c’est vivant et elle pourrait bien s’en sortir mieux qu’on croit si on se renseigne un peu sur ses besoins.

Par exemple mon palmier quand les feuilles jaunissent je sais que j’ai trop arrosé ou pas assez, et j’ajuste. J’ai parfois cru qu’il allait y rester haha mais en fait j’ai compris qu’au fur et à mesure de mes ajustements cela devient de plus en plus naturel pour moi. Youpi !

Fière de moi j’ai donc passé un niveau « supérieur » avec un plant de Tomates cerises en pot que j’ai payé environ 11€ chez Leclerc Jardi, que je vous recommande vraiment car niveau prix ils sont top. Et là c’est vraiment un énorme coup de coeur, car j’ai pu avoir très rapidement de délicieuses tomates, en abondance. C’est vraiment une sensation merveilleuse.

 

5/ On apprend en faisant, en lisant, en se renseignant

En fait souvent on se dit que les personnes qui gèrent dans ce domaine ont une sorte de don, presque inné. En réalité elles ont souvent reçu cela dans leur enfance ce qui fait qu’elles sont très a l’aise et que c’est vraiment naturel pour elles.  Mais tout s’apprend et je crois que la science n’a pas encore déterminé de « gêne du jardinier parfait », donc dites vous qu’il suffit de se renseigner un peu au départ et par la suite ça entre très vite dans les habitudes, c’est comme la lecture ou n’importe quel apprentissage finalement.

J’espère que ce message et ces conseils permettront à tous les serial-killer de plantes de retrouver l’espoir et l’envie de recommencer et tout simplement de se lancer ! Ayez confiance en vous, en tout cas moi, j’ai confiance en vous !

Je vous laisse avec quelques photos de ma terrasse avec une vue de mon petit coin de verdure. Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à me les poser !

Pétunia retombant de chez Leclerc Jardi

Rendez vous sur les réseaux sociaux ou en commentaire de cet article !

Pour recevoir une notification à chaque fois qu’un nouvel article parait :

Suivez moi sur les réseaux sociaux !

FacebookInstagramTwitter   Snapchat : nadnourbougies

A bientot !

Nadja aime

 

 

 

Auteur

1 Comment

  1. Super article merci ! Je l’attendais avec impatience !
    Après avoir vu vos photos sur Snap j’ai eu envie moi aussi de m’acheter des plantes alors que je n’ai pas la main verte du tout.
    Votre réflexion est pertinente, je ne sais pas pourquoi on se met toujours des barrières à se dire « je n’ai pas la main verte donc je ne l’aurais jamais ».

    En tout cas je m’en vais de ce pas (après le boulot ^^) acheter mes petites plantes !
    Merci !

    Souad

Laisser un commentaire